Lundi, 2017-12-18, 9:13 PM
Générations Science Fiction Page d'accueilEnregistrementEntrée
Bienvenue De passage | RSS
Menu du site
Statistique
 Blog 
Page d'accueil » 2009 » Octobre » 19 » Les Chroniques de Cadwal
1:49 PM
Les Chroniques de Cadwal

orban724.jpg

Jack Vance

La Station d'Araminta & Araminta 2

The Araminta Station, 1987

Pocket (1988)

Bonne Vieille Terre

Ecce and Old Earth, 1991

Olivier Orban (1992)

Throy

Throy, 1992

Plon, 1993



En raison de la riche biodiversité de la planète Cadwal, la Société naturaliste, sa propriétaire, en a fait un conservatoire écologique. Mais à la station d'Araminta, seule implantation humaine autorisée au début, sont venus s'ajouter deux autres lieux de peuplement : Stroma, où vivent les Naturalistes locaux, et l'Atoll de Lutwen, où s'entassent illégalement les Yips qui constituent une réserve de main-d'œuvre mais aussi une menace pour l'équilibre de Cadwal, car ils projettent de quitter leur îlot devenu trop petit pour déferler sur le continent le plus proche. Pour ne rien arranger, la Charte originelle définissant le statut de la planète a disparu des archives du siège de la Société naturaliste, situé sur Terre. Cadwal va-t-elle demeurer un paradis naturel comme le souhaitaient les auteurs de la Charte, ou les forces à l'œuvre pour en modifier le statut — qui s'avancent en brandissant le drapeau d'une grande cause humanitaire alors qu'elles sont mues par le seul intérêt — vont-elles triompher ? Il faudra trois romans plutôt longuets à Vance pour nous répondre.


La Station d'Araminta (coupé en deux tomes pour l'édition française) est conçu comme un roman policier, avec crime(s) et enquête(s), dans une ambiance qui, avec sa galerie de snobs et d'égoïstes, évoque un peu celle de Charmants voisins. En dépit d'une intrigue astucieuse et de quelques passages socio-ethnologiques fulgurants, dignes du meilleur de l'auteur, ce premier volume laisse une impression de pesanteur, de lenteur, de lourdeur. Le second, centré sur la recherche de la Charte sur la Bonne vieille Terre qui lui donne son titre, est sans doute le meilleur des trois — surtout en raison de sa description empreinte de nostalgie d'une Terre future car l'intrigue y est à peine plus dynamique que dans le premier. Throy, qui conclut cette trilogie mineure, résout le problème initial d'une façon brouillonne et moyennement satisfaisante d'un point de vue moral par la destruction de Stroma, la déportation des Yips outre-espace et la déconfiture de Spanchetta et de sa sœur, les méchantes femmes, parentes littéraires de l'odieuse Flora de Professeur Poltron, sans lesquelles rien ne serait arrivé.



Roland C. Wagner
Visualisations: 5567 | Ajouté: generationsf | Rating: 0.0/0
Nombre total de commentaires: 2
1  
Mind-boggling read! I am now getting started in SMO & wanting to catch on to how to fully take advantage of social media marketing for business.

Thanks!

2  
BEL-ÊTRE,
nom masculin.
Apparu en 2050, le bel-être instaure un statut particulier de l’être, sensible à tous, qui fait de son détenteur un porteur de beauté.

Prénom *:
Email *:
Code *:
Amis du site
Recherche
Copyright MyCorp © 2017Créez un site gratuit avec uCoz